Forum pour les passionnés de la marque aux chevrons


    Bon anniversaire à la SM.....

    Partagez
    avatar
    colin_paturel
    Admin
    Admin

    Messages : 18302
    Date d'inscription : 02/12/2013
    Age : 60
    Localisation : Nogent Le Roi
    Membre Club CITROSPHERE numéro : Président

    Re: Bon anniversaire à la SM.....

    Message par colin_paturel le Ven 24 Avr - 20:14

    scratch La nuit je dors, je n'aime personne :hilare

    avatar
    MissCX
    Expert

    Messages : 7583
    Date d'inscription : 09/02/2014
    Localisation : SUD ESSONNE
    Membre Club CITROSPHERE numéro : Secrétaire

    Re: Bon anniversaire à la SM.....

    Message par MissCX le Lun 27 Avr - 16:17

    J'ai un beau tapis dans mon bureau   buzz



    Oui, je sais   crouge  boxe
    avatar
    colin_paturel
    Admin
    Admin

    Messages : 18302
    Date d'inscription : 02/12/2013
    Age : 60
    Localisation : Nogent Le Roi
    Membre Club CITROSPHERE numéro : Président

    Re: Bon anniversaire à la SM.....

    Message par colin_paturel le Lun 27 Avr - 18:06

    mur :moyendaccord Explos

    Il est totalement interdit de marcher dessus, le premier qui marche dessus, je le pulvérise façon puzzle.... boxe

    Une si jolie voiture.... enpleur
    avatar
    MissCX
    Expert

    Messages : 7583
    Date d'inscription : 09/02/2014
    Localisation : SUD ESSONNE
    Membre Club CITROSPHERE numéro : Secrétaire

    Re: Bon anniversaire à la SM.....

    Message par MissCX le Lun 27 Avr - 18:12

      :hilare  Personne ne marchera dessus  :pepe

    C'est mieux comme ça sous verre  Question   lol!  Lang


    avatar
    colin_paturel
    Admin
    Admin

    Messages : 18302
    Date d'inscription : 02/12/2013
    Age : 60
    Localisation : Nogent Le Roi
    Membre Club CITROSPHERE numéro : Président

    Re: Bon anniversaire à la SM.....

    Message par colin_paturel le Lun 27 Avr - 18:20

    applaud verybien bah oui quand même Winner PanCitro
    avatar
    colin_paturel
    Admin
    Admin

    Messages : 18302
    Date d'inscription : 02/12/2013
    Age : 60
    Localisation : Nogent Le Roi
    Membre Club CITROSPHERE numéro : Président

    Re: Bon anniversaire à la SM.....

    Message par colin_paturel le Sam 2 Mai - 13:42

    Second volet de l'histoire de la SM...

    Un ami, passionné de Citroën m'a prêté des magazines qui parlent de la SM. Pour ne pas abimer les reliures "colle", je ne vais pas scanner les pages, je vais donc recopier "à la main comme les Romains" le texte.

    Donc si il reste ici et là quelques fautes que les correcteurs électroniques ne voient pas, bien m'en excuser.

    Donc voila l'épisode 2 :


    Les causes perdues...






    Recopie de l'article de Rétroviseur - 10/2004, article de Jean-Claude Leguy.


    Citroën SM
    Le testament du double chevron.





    Ultime aboutissement d'une politique visionnaire unique au monde, la Citroën SM illustre toutes les contradictions qui ont forgé la légende de son constructeur. Née dans un contexte défavorable et trahie par l'intendance, elle va vite démontrer que le mieux est parfois l'ennemi du bien...

    1970. La Citroën DS s'apprête à fêter ses 15 ans. Les gammes bicylindres du Quai de Javel doivent faire face à la concurrence des Renault 4 et 6, et l'absence de modèle intermédiaire frappé du double chevron se fait lourdement sentir : ce segment en plein explosion fait le bonheur des Renault 6, ainsi que des Peugeot 204 et 304. De 30,5 % du marché français en 1965, Citroën tombe ainsi à 18 % en 1970, en subissant un recul identique sur le marché européen, tant et si bien que la firme accuse une perte de 599 millions de francs (de 1970).

    Pour les plus jeunes (nous sommes ce jour en 2015, et parler en FF n'est pas un repère) reportons ce chiffre dans son contexte économique de nos jours, cela représente  : 700.519.681 d'€. Formule arithmétique niveau CM2 quand on connaît les taux moyens d'inflation de 1970 à 1981, environ 13% par an et ceux de 2001 à 2015, environ 2% par an. (Note de la recopie).

    Passé dans l'art de cultiver les paradoxes, Citroën va pourtant profiter de ce contexte défavorable pour présenter son œuvre la plus absolue et le plus prestigieuse.

    Nous sommes fin 1973. La guerre du pétrole va définitivement faire basculer le début de la carrière mouvementée de la SM, ainsi que celui de la nouvelle GS Birotor, toutes deux voraces en carburant.







    Témoin d'une décennie où le TGV et l'avion n'ont pas encore détrôné le mythe automobile, la SM symbolise les ambitions de son constructeur dans le domaine du très haut de gamme. Ce véritable « Concorde de l'automobile » est l'aboutissement d'un projet initial de coupé DS à vocation sportive et la consécration des valeurs technologiques chères à la marque. Rolls-Royce n'a-t-il pas équipé quelques années plus tôt sa Silver Shadow du freinage haute pression de la DS, tandis que Mercedes propose l'hydro-pneumatique sur certaines des ses « Classe S » ? Le rachat de Maserati en 1968, vient parachever cette stratégie de conquête, en offrant des possibilités de motorisation enfin à la hauteur des qualités dynamiques des grandes Citroën. L'anticonformisme technologique du constructeur devrait trouver dans ce nouveau cadre le moyen de transcender, tout en respectant l'un des ses incontournables dogmes commerciaux : éviter toute concurrence frontale et profiter de son avance technique pour décourager durablement les candidats.





    Sensation momentanée.

    Le Salon de Genève de 1970 se déroulera à merveille. La nouvelle Citroën SM fait figure de seule vraie nouveauté pour son constructeur depuis le lancement de la DS en 1955...
    Savamment mis en scène, les lancements de nouveaux modèles font alors l'objet d'un rituel minutieux de la part du Quai de Javel : malgré un goût immodéré pour le secret, à la limite de la paranoïa, quelques informations filtrent d'abord ça et là pour alimenter fantasmes et spéculations. Avec une durée de vie moyenne de plus de vingt ans à cette époque, chaque nouveau modèle apparaît ensuite au milieu d'une ferveur médiatique que l'on a peine à imaginer aujourd'hui. A la fin des années 60, même les plus fidèles Citroënistes réalisent que la DS a pris quelques rides, et l'apparition de la Peugeot 504 commence à faire vaciller son trône depuis 1968. Toute drapée dans sa vanité technologique, la firme Citroën a bien l'intention de redéfinir l'échelle des valeurs dans le haut de gamme français, et le moins que l'on puisse dire est que la SM arrive à point nommé pour rassurer ses adeptes et séduire ses détracteurs. Mission accomplie : la voiture fait sensation et défraye la chronique !


    Elle avait tout pour séduire. Originale dans sa présentation comme dans sa conduite, la SM incarnait une véritable forme d'élégance automobile à la française.




    Cocktail unique de confort, de sécurité, et de performances, la SM symbolise les promesses du futur, avec à terme l'objectif des 300 km/h en ligne de mire pour une voiture de tourisme. L'autoroute est son domaine de prédilection, et ce coupé mi-automobile mi-avion semble déjà prêt à relever les défis de l'an 2000.



    Avec son profil d'aile d'avion, la SM rassemblait tous les thèmes technologiques chers à son constructeur. Voiture "thoracique" avec son porte à faux avant important et son train arrière rétréci, elle a véritablement su transfigurer les qualités de la DS.



    Les débuts commerciaux de la SM sont d'ailleurs encourageants, avec près de 5000 exemplaires produits en 1971. Mais contrairement aux courbes de ventes des autres Citroën qui culminent en général là où les modèles de la concurrence finissent leur carrière, la SM suivra une pente descendante confinant à la chute libre entre 1972 et 1975. Qui porte la responsabilité d'un tel échec : la voiture, son constructeur ou la conjoncture internationale ?

    Décollage réussi.

    Sur un marché largement demandeur jusqu'à la fin des années 60, Citroën – comme les autres constructeurs français du reste – a un peu trop pris l'habitude de se faire implorer de sa clientèle. L'arrogance commerciale de son réseau, alors acceptable pour des modèles populaires inscrits dans une véritable tradition, peut en revanche difficilement se concevoir sur le marché du très haut de gamme, segment de conquête où sa légitimité découle essentiellement de ses liens avec Maserati.

    Réalisé en un temps record à partir d'une amputation du V8 Maserati, le V6 tout alu de la SM n'aime ni les surchauffes ni le manque d'entretien. Mal accepté par le réseau Citroën, il fera rarement l'objet d'un zèle excessif à ses moments de faiblesse.




    L'absence de stratégie marketing conduit ainsi rapidement les services commerciaux vers une impasse. En effet, faute d'un plan de batailles ambitieux et par le fruit de leur attentisme excessif, leurs premiers clients sont naturellement des fidèles de la marque, souvent propriétaires de DS et qui n'hésitent pas à payer deux fois et demi plus cher le droit de profiter enfin du nouveau vaisseau amiral de la gamme Citroën. A l'exportation, le marché américain, traité avec la même désinvolture, ne permettra pas à la SM de susciter beaucoup plus qu'une aimable curiosité de la part de quelques amateurs en quête d'exotisme. Un quart de la production y sera écoulé jusqu'en 1972, année où Citroën renonce définitivement à ce marché malgré l'élection de la SM au titre de « voiture de l'année », tandis que le magazine Moror Trend n'hésite pas à parler de « meilleure voiture du monde ». Les normes automobiles de plus en plus contraignantes dans ce pays dissuadent le constructeur de persévérer, malgré le fait que les voitures européennes à forte personnalité y soient souvent appréciées, et que les interminables « Interstates » semblent idéalement - mot censuré - çues pour la SM. Faute d'un réseau suffisamment dense et vraiment formé à la haute technicité des Citroën, l'exigeant amateur américain de Mercedes, Porsche, Jaguar ou BMW baissera vite les bras dès les premières difficultés. Cela étant d'autant plus vrai que la Californie et la région de New-York concentrent à elles seules la moitié des concessionnaires Citroën des Etats-Unis. Enfin, pour d'évidentes raisons de coût, nulle version à conduite à droite ne verra jamais le jour, du moins sur le catalogue officiel.

    Erreur d'anti-marketing.

    Malgré tout, la principale raison de la disparition de la SM tient à son impossible positionnement. Maître du décalage par rapport au marché, Citroën a semble-t-il manqué de stratégie pour son entrée dans le très haut de gamme. Sa SM est une voiture chère, qui entre en concurrence avec deux catégories de véhicules bien distinctes. On trouve d'un côté les berlines de prestige, dont elle se rapproche par son gabarit et son confort, mais à côté desquelles elle fait piètre figure en terme d'habitabilité arrière et de volume de coffre. Sa déclinaison en coupé la rapproche donc plutôt naturellement de la seconde catégorie, celle des coupés sportifs à hautes performances. Là, son gabarit, son poids conséquent et le manque de maniabilité qui en découle lui portent une discrédit rédhibitoire. Les amateurs de sensations fortes à la recherche d'accélérations impressionnantes et de virilité sportive en seront pour leurs frais : le spectaculaire comportement tous temps de la SM, doublé d'un incroyable confort, devient paradoxalement une tare aux yeux des cette clientèle. Voiture de nulle part et de personne, la Citroën SM retournera au néant avant même d'avoir atteint le stade de la maturité.

    Retour sur terre.

    Peu motivé pour vendre sa SM, Citroën présente de surcroît avec un retard considérable son modèle de gamme moyenne, la GS, dès le salon de Paris de 1970. Dès lors, le coût des frais d'études et d'industrialisation des deux modèles va se cumuler pour venir accroître entre la fragilité financière du constructeur. Pire, la haute technicité des Citroën, vendues aux mêmes prix que leurs concurrentes, ne leur permet d'atteindre leur seuil de rentabilité qu'au bout de plusieurs années. La nouvelle GS est ainsi vendue à perte à ses débuts, tout en peaufinant sa mise au point entre les mains de ses premiers clients, ainsi que le veut la tradition.
    Citroën superlative de tous les temps, la SM ne sera pas en reste. Véritable prototype construit en série, la voiture ne brille pas par son accessibilité mécanique, ni par sa rigueur de réalisation. Réalisé en un temps record, le moteur V6 Maserati tout alu est mal refroidi sous le capot de la SM. L'entraînement de ses quatre arbres à cames en tête est victime d'erreurs de conception qui entraînent de coûteux retours en garantie. Cela n'arrange certes rien, mais ces problèmes de jeunesse sont néanmoins familiers du réseau et des fidèles clients de la marque, sur la majorité de ses nouveaux modèles.
    Cependant, à l'absence de véritable motivation commerciale va ainsi s'ajouter une réelle animosité à l'égard du moteur Maserati. Confronté à une nouvelle clientèle exigeante, le réseau n'a pas été préparé à cette épreuve, et encore moins à celle d'ajouter des Porsche et des Jaguar aux 2CV et autres AMI 6 de ses parcs de véhicules d'occasion. La pauvre SM se retrouve peu à peu sur la touche, délaissée comme un jouet d'enfant trop gâté.

    Le marché américain sera autant négligé que le marche européen? Amputée de sa "vitrine" de calandre pour des raisons de sécurité, la SM américaine disparaîtra du marché avec son constructeur, des 1972, pour cause de normes environnementales dissuasives.



    Figée pour l'éternité. Voiture de nulle part et de personne, la Citroën SM retournera au néant.

    Curieusement, la SM sera la seule Citroën à ne pas connaître d'évolution – hormis l'injection électronique – durant les cinq années de sa brève carrière. Cette erreur de stratégie va également précipiter son destin, alors que deux possibilités s'offraient à Citroën pour maintenir l'intérêt de son haut de gamme : soit faire évoluer sa puissance et ses performances, soit décliner des nouvelles versions autour de son coupé.
    Malheureusement pour la firme au chevrons, la DS est son modèle le plus rentable durant cette période. L'apparition d'une SM berline qui aurait pu changer à terme le cours des choses, n'apparaît pas comme une priorité afin de ne pas compromettre cette importante source de revenus. Dans l'esprit de ses dirigeants, la berline véritablement destinée à remplacer la DS doit patienter jusqu'à l'arrivée de la CX, en 1974. La présentation d'une nouvelle berline Maserati Quattroporte – de même conception que la SM – au Salon de la même année illustre ainsi le désir de Citroën d'en faire sa marque de prestige, tandis que la CX prendra le relais des versions de base ID et DS. Hélas, empêtré sans sa politique désordonnée et abandonné par Michelin, son principal actionnaire, Citroën s'est retrouvé en faillite en mai 1974, avant de finalement se voir jeter dans les griffes de son concurrent Peugeot. L'une des premières mesures d'assainissement de la firme de Sochaux consistera précisément à mettre un terme à l'aventure Citroën Maserati.

    Aujourd'hui, la SM fait toujours le bonheur de ceux qui prennent le temps de la comprendre, et qui apprécient ses qualités de grande routière toujours actuelles.





    Erreur de planification.

    Après une décennie faste sur le plan commerciale, marquée toutefois pas la disparition de Panhard en milieu de gamme, le retard pris dans le lancement d'un modèle intermédiaire entre ses modèles bicylindres et ses ID et DS aura pour Citroën des conséquences décisives pour son avenir en général , et pour celui de la SM en particulier. Lancée au moins quatre ans plus tôt, la GS aurait en effet permis de générer suffisamment de bénéfices pour assurer le lancement de la SM dans de bien meilleures conditions, avec notamment une bien meilleure disponibilité du réseau pour pallier ses défauts de jeunesse. Parmi les erreurs de gestion manifestes imputables à la direction de Citroën, on peut également reprocher un manque de cadrage du projet même de la SM. En partant de l'intention – commercialement valable – de développer un coupé sportif sur la base d'une DS enfin dotée d'un moteur à la hauteur des ses qualités routières, le bureau d'études a dérivé lentement vers une voiture beaucoup trop différente de son modèle. Avec sa plate-forme de taille supérieure, sa boite de vitesses et toutes ses pièces spécifiques, la SM représente un investissement trop lourd par rapport au marché étroit auquel elle s'adresse. Le fait de n'avoir pas cadré suffisamment le projet à travers son cahier des charges a fini pur lui ôter ainsi une grande partie de sa viabilité industrielle.

    Le sens de l'histoire.

    Après le désintérêt manifeste de son réseau pour la nouvelle venue, Citroën doit bientôt faire face aux problèmes de sa SM. Sa vitrine technologique se transforme ainsi peu à peu en épouvantail, faisant le jeu de la concurrence et de ses détracteurs, qui ne pouvaient espérer mieux. Le fleuron de la marque se forge progressivement une réputation sulfureuse qui lui colle encore aujourd'hui à la peau. Comme si cela ne suffisait pas, l'accumulation de ces difficultés va se trouver bientôt renforcée par une crise mondiale aux conséquences irréversibles. A l'automne 1973, l'OPEP décide une augmentation sans précédent des prix mondiaux du pétrole. En l'espace d'un an, le prix du baril est multiplié par quatre... Les pays industrialisés subissent chômage et inflation, et la France adopte des mesures draconiennes pour réduire sa facture de pétrole : le 3 décembre, la vitesse est limitée sur route à 90 km/h et à 120 km/h sur les autoroutes. Le sort semble décidément s'acharner sur la plus prestigieuse des Citroën de tous les temps. Loin de changer la donne parmi les véhicules de grand luxe, la SM éprouve de plus en plus de mal à trouver ou même seulement à conserver sa place sur le marché.

    Après la SM.

    Le mélange de crainte et de fascination exercé par l'indomptable mécanique de la SM fait maintenant place à la sérénité. En effet, la fiabilité de son moteur n'est actuellement plus qu'une question de budget pour l'amateur.




    Si l'on résume le bilan de trente années de gestion sous la férule du groupe Peugeot, que reste-t-il de l'image de Citroën dans le haut de gamme ? Connu pour ses échecs systématiques (601, 604, 605 et 607) dans le domaine des grosses cylindrées, le constructeur de Sochaux n'a pas non plus brillé par son talent et son audace dans sa politique de groupe. Après quelques clones de circonstance (LNA, Visa), l'aventure du rachat de Chrysler Europe, puis le démantèlement des bureaux d'études Citroën au début des années 80, la CX n'a subi qu'un désintérêt manifeste de la part de Peugeot jusqu'à sa disparition, en 1991. Hormis des versions Diesel, turbo-Diesel et turbo essence performantes, ni l'ABS maison – qui devait apparaître en première mondiale -, ni la profonde refonte, que sa relance commerciale aurait justifiée à la sortie de la Renault 25 ne lui ont été accordés.
    A lieu de cela, la XM apparaît en 1989, tirant un trait définitif sur l'héritage Michelin. Des véritables Citroën, elle héritera d'une jeunesse mouvementée et d'une réputation mitigée. A part ces délicates attentions, les derniers Citroënistes en seront un peu pour leurs frais, car l'intégration Peugeot-Citroën entraîne un recul technique en forme d'économie sur le prix de revient. Fini le train avant à double triangulation et pivot dans l'axe ; la plate-forme commune avec les Peugeot 605 impose des suspensions mal adaptées à la direction assistée à rappel asservi de SM équipant les modèles V6. La suspension hydraulique, dont l'évolution ne manque pas d'étonner, n'atteint pas le niveau des liaisons au sol classiques de la cousine 605.
    Bref le premier haut de gamme Citroën de l'ère Peugeot ne laissera pas de souvenirs impérissables, tant et si bien qu'il laisse ce segment inoccupé depuis 2000, année de l'apparition de la C5, dernier véhicule - mot censuré - çu sous la présence de Jacques Calvet et sans véritable image.
    Cinquante ans après la DS et trente-cinq ans après la SM, Citroën prévoit l'année prochaine le lancement d'un nouveau haute de gamme ambitieux et qui renoue avec le style maison. Baptisé en toute logique C6, il reprend le nom de la première Citroën à moteur 6 cylindres de l'histoire apparue en 1928, simple clone des ultra-classiques 4 cylindres contemporains produit sans grand succès pendant moins de cinq ans.
    Tiraillé entre sa crise d'identité et le besoin de restaurer son image de véritable innovateur sur un marché saturé de produits banalisés, Citroën tient sans doute là l'occasion historique de sa revanche.





    Vous avez tous compris que tout cela n'est pas écrit autrement que pour faire connaitre l'histoire de cette voiture, car je l'aime trop pour écrire des choses autrement que pour la faire connaitre et mieux apprécier de tous, surtout des plus jeunes...

    Prochain épisode : La SM, fascination de l'échec.

    En attendant, avant de savoir qu'il y avait une fascination de l'échec, voila ma "Fascination" à moi..

    Merci David Bowie pour cette "Fascination" revue à ma façon...



    Dernière édition par colin_paturel le Dim 3 Mai - 10:38, édité 3 fois
    avatar
    MissCX
    Expert

    Messages : 7583
    Date d'inscription : 09/02/2014
    Localisation : SUD ESSONNE
    Membre Club CITROSPHERE numéro : Secrétaire

    Re: Bon anniversaire à la SM.....

    Message par MissCX le Sam 2 Mai - 15:10

    Super cet article cheers cheers
    avatar
    chtimehariste
    Admin
    Admin

    Messages : 6757
    Date d'inscription : 02/12/2013
    Age : 38
    Localisation : NORD
    Membre Club CITROSPHERE numéro : Trésorier

    Re: Bon anniversaire à la SM.....

    Message par chtimehariste le Sam 2 Mai - 20:16

    OK
    avatar
    colin_paturel
    Admin
    Admin

    Messages : 18302
    Date d'inscription : 02/12/2013
    Age : 60
    Localisation : Nogent Le Roi
    Membre Club CITROSPHERE numéro : Président

    Re: Bon anniversaire à la SM.....

    Message par colin_paturel le Dim 3 Mai - 7:59

    Merci Very Happy Les photos de cet article seront ajoutées ce jour, avec leur légende. Ce sont les photos scannées dont le scan n'a pas abimé la reliure. Ces magazines sont précieux et si j'ai assez de temps ce dimanche, l'article suivent sera en ligne aussi Very Happy
    avatar
    colin_paturel
    Admin
    Admin

    Messages : 18302
    Date d'inscription : 02/12/2013
    Age : 60
    Localisation : Nogent Le Roi
    Membre Club CITROSPHERE numéro : Président

    Re: Bon anniversaire à la SM.....

    Message par colin_paturel le Dim 3 Mai - 10:29

    Photos en ligne dans l'article ci-dessus OK
    avatar
    colin_paturel
    Admin
    Admin

    Messages : 18302
    Date d'inscription : 02/12/2013
    Age : 60
    Localisation : Nogent Le Roi
    Membre Club CITROSPHERE numéro : Président

    Re: Bon anniversaire à la SM.....

    Message par colin_paturel le Dim 3 Mai - 18:11

    Dernier article consacré à la vie mouvementée de la SM...

    La fascination de l'échec.





    Magie du monde des passionnées, les voitures qui ratent leur carrière commerciale bénéficient souvent ensuite d'un regain d'intérêt de la part des amateurs. Une seconde chance en quelque sorte, sur fond d'originalité et de bonnes affaires...




    Tous les deux sont membres de l'Euro SM Club depuis longtemps et lorsqu'on évoque devant eux les vices mécaniques de l'espèce, c'est avec le sourire qu'ils prennent la chose.

    Propriétaire de la SM Injection couleur bronze qui illustre les premières pages de ce dossier, Philippe Quenioux connaît bien le sujet puisqu'il a travaillé de longues années dans le bureau Citroën à l'époque où les SM étaient encore réceptionnées chez certains agents au titre de l'après-vente :

    « Il faut rappeler  que les SM n'étaient pas distribuées par tous les agents du réseau. A Paris, on en comptait deux, un dans le 10ème arrondissement, l'autre dans le 8ème, à savoir le grand garage Citroën de la place de l'Europe. Ceux qui avaient été sélectionnés pour cette « mission » commerciale géraient également leur entretien, et seuls certains mécaniciens d'atelier ayant reçu une formation spécifique au siège étaient habilités à intervenir sur la SM. J'ai eu la chance de travailler sur ces voitures à l'époque et j'en connais donc toutes les subtilités. Moyennant un entretien scrupuleux et un usage « adapté », certains clients n'ont pas eu à se plaindre de leur choix. J'ai pu voir ainsi passer en atelier des SM qui avaient parcouru plus de 200.000 km avec le même bloc. Bien sûr, mieux valait éviter de leur imposer une utilisation urbaine trop fréquente. Elles avaient tendance à chauffer dans les bouchons par la faute d'un circuit de refroidissement insuffisant. La SM était plutôt une voiture d'autoroute, mais il fallait prendre la précaution de laisser le moteur monter tranquillement en température au départ avant de pousser les intermédiaires et éviter les hauts régimes prolongés. De nombreux clients ont eu des soucis avec cette voiture surtout parce qu'ils ne savaient pas l'utiliser. En fait, la SM est beaucoup plus fiable qu'on ne le prétend... »




    Même constat pour Stéphane Le Minier qui possède l'autre SM de notre reportage (la bleue) un modèle à carburateurs avec lequel il parcourt chaque mois plus de 1000 kilomètres :

    « Lorsque je l'ai acquise, elle affichait peu de kilomètres parce qu'elle avait été longtemps immobilisée. J'ai procédé à une remise en route minutieuse et j'ai pu l'utiliser ainsi pendant quelque mois avant d'être obligé d'ouvrir le moteur. Depuis, tout a été refait et je m'en sers le plus souvent possible, pour de longs trajets sur route ou autoroute. C'est une voiture dont je ne me lasse pas. Je possède d'autres modèles de collection, mais c'est sans doute celui avec lequel je roule le plus... »


    Carburateurs ou injection ? Philippe Quenioux le rappelle, la version la plus performante (à savoir la seconde) est aussi la plus "pointue. Il n'est pas infâmant de commencer par la moins délicate...




    Injection ou carburateurs : laquelle choisir ? En parfait connaisseur, Philippe Quenioux répond sans hésitation :

    « La SM Injection offre des accélérations plus vivifiantes, mais exige en contrepartie des réglages pointus qu'il vaut mieux laisser à un spécialiste reconnu du modèle. La version à carburateurs est moins délicate est c'est plutôt celle-là qu'on peut recommander à un amateur en phase « d'initiation » à l'univers SM. Quelle que soit la version choisie, il faut surtout penser à faire rouler régulièrement la SM, au moins 100 kilomètres à chaque sortie. Sa mécanique a horreur de l'inaction et elle finit toujours par se venger. Mais quoi qu'on en dise, une SM bien entretenue demeure toujours aussi fascinante à conduire à bonne allure et par tous les temps. Au point qu'on oublie souvent de regarder son compteur. Il est vrai qu'elle est sortie à une époque où les limitations de vitesse sur route et autoroute relevaient de l'inconcevable en France. Il en reste quelque chose dans ses gènes... ».

    Héroïque différence.

    Marginalisée à ses débuts, l'automobile est ensuite devenu un phénomène de masse. Cela n'a pas empêché quelques constructeurs de cultiver leur droit à la différence, ainsi que nous le rappellent deux jeunes frères, Bruno et Olivier Estibals :

    « Certains combats perdues d'avance ont été teintés d'un tel héroïsme qu'il en découle une véritable fascination. Mon frère et moi, âgés de moins de 30 ans apprécions tout particulièrement ces voitures aux relents de : « Ah ! Si seulement... ». Sous notre toit, outre deux Facel Vega – ou « la cause perdue » du luxe à la française -, on trouve aussi deux émouvants vestiges d'une période où la technique imposait sa loi à toute entreprise : une Panhard Panoramique Parisienne de 1933 et une Hotchkiss-Grégoire de 1952. L'une et l'autre prouvent, malgré une incontestable supériorité technique, qu'avoir raison trop tôt, c'est aussi avoir tort ! »

    Citroën emblématique.

    La voiture qui vous a le plus mobilisés reste la Citroën SM, cas exceptionnel d'échec commercial passé dans la légende. A l'unanimité, ses qualités toujours actuelles compensent largement certaines faiblesses mécaniques. Pierre Philipps, Président de l'Euro SM Club, résume ainsi quelques temps forts de sa carrière :

    « Produite pendant peu de temps, la SM ne s'est pas cantonnée aux files de gauche des autoroutes . N'a-t-elle pas remportée le Rallye du Maroc, comptant 59 véhicules au départ et seulement 9 à l'arrivée ? Ne détient-elle pas le record de longévité d'une voiture d'apparat au service de l'Elysée ? Ne fut-elle pas choisie comme véhicule d'intervention rapide sur l'autoroute pour application des nouvelles limitations de vitesse ? N'a-t-elle pas pris part aux 24 heure du Mans, aux 24 heures de Spa-Francorchamps, au rallye du TAP, au Rallye du Bandana, et encore tant d'autres ? Enfin, n'a-t-elle pas atteint récemment 345 km/h sur le lac Salé, record absolu pour une traction avant ? Sujet d'admiration, toujours branchée, la SM nous donne envie d'une nouvelle Citroën empreinte de personnalité, de caractère d'élégance. Peut-être la future C6 ? ».


    Philippe Beugin est le trésorier du SM Club de France et il souhaite apporter quelques précisions :

    « On peut estimer qu'il subsiste environ la moitié des SM vendues en France, et plus de trente années d'expérience permettent maintenant de bien cerner ses problèmes de fiabilité. Moyennant le respect de certaines précautions d'utilisation et d'entretien, la longévité du V6 Maserati est assurée, tandis que le club assure la disponibilité des pièces détachées ».

    Plus de la moitié des SM vendues en France auraient survécu, selon Philippe Beugin, trésorier du SM Club de France. Un taux de survie remarquable qui donne à penser que cette grande cause n'a pas été perdue pour tout le monde...




    Enfant, Thierry Lemettre a été fasciné par une SM venue chercher un élève devant le portail de son école. Après un modèle Solido, son rêve a pris forme grandeur nature :

    « L'essai de ce vaisseau mythique au dernier Eurocitro du Mans m'a définitivement convaincu de franchir le pas. Depuis j'ai parcouru plus de 5000 km de pur bonheur à son volant. Ce concentré de Citroën est un peu comme le Concorde : on n'est pas près de l'oublier... ».


    Frédéric Balthazar déplore pour sa part la perte d'image des voitures françaises de luxe :

    « Citroën avait prévu une véritable offensive dans le domaine des voitures de prestige avec une berline dérivée de sa SM, ainsi que la nouvelle CX pour épauler la DS, alors en tête de ce marché en France. Mais Peugeot a stoppé la production de la DS pour lancer sa 604, ainsi que celle d'une SM qui lui semblait malvenue et trop coûteuse en pleine crise pétrolière. Depuis, il faut croire que le génie français dans ce domaine est définitivement lié au passé ».


    Vous n'avez pas encore compris ? Jean-Claude Dufeu souhaite également mettre les pendules à l'heure :

    "Il ne faut pas confondre pur-sang et percheron, V6 Maserati et 4 cylindres agricole de la DS... Pour ceux qui savaient faire la différence, la SM était capable de faire Paris-Nice en 6 heures en toute fiabilité. Si vous apprenez à la connaître, elle saura vous le rendre. La mienne nous a toujours ramené à bon port avec à peine 11l/100 de carburant à 130 km/h".

    C'est d'Italie, le berceau de Maserati, que le président du club SM témoigne :

    « L'Italie a été le deuxième marché pour la SM après la France. Sur 2070 voitures vendues ici, nous estimons qu'il en reste 200 en bon état. Un essai de la revue italienne Ruoteclassiche de janvier 2003 a confronté une SM à une Alfa Montreal (une autre « cause perdue ») et une Porsche 911 2.4 S. Leur conclusion résume tout : battue en accélération pure et en reprises, la Citroën se rattrape en confort, sécurité et agrément sur longues distances, telle une véritable « Grand Tourisme ».

    La SM a tout fait : compétition sur circuit, raids longue distance, rallyes en Afrique, records de vitesse, parades présidentielles. Pas mal pour une voiture réputée aussi fragile !



    L'échec sous toutes ses formes.

    Pour Jean Robert, l'éclectisme est une vraie source de plaisir en matière d'automobiles :

    « Les coups de cœurs ou les « bonnes occasions » m'ont permis de croiser le chemin de véritables « causes perdues », à commencer par une AMC Eagle de 1981, coupé d'allure sportive à traction intégrale dont la garde au sol importante trahissait la différence. Avec son moteur 4.2 L et sa transmission évoluée, ses performances étaient correctes, son comportement routier sain et ses aptitudes sur sol glissant excellentes. Et puis j'ai le souvenir d'une Rodéo 6 4X4 Sinpar achetée aux enchères. Ses performances étaient nettement meilleures que celles de la Citroën Méhari, avec un aspect cependant plus rébarbatif. Son adaptation 4x4 archaïque lui procurait certains avantages en tous chemins, Il y a aussi la Talbot Tagora V6, la plus puissantes des berlines françaises de son époque, pleine de qualité mais privée d'avenir, que j'ai tout de même gardée quinze ans. Enfin plus récente mais tout aussi marginales, la BX GTI 16S, première des berlines 16 soupapes françaises, reste capable, avec 160 chevaux pour une tonne, de déposer pratiquement tout ce qui roule actuellement...
    Pour ceux qui aiment rouler différent, les « causes perdues » sont surtout de bonnes affaires ! »

    Voila donc la fin de cette narration, de cette histoire exceptionnelle pour une voiture exceptionnelle I love you

    Rétroviseur - Octobre 2004.
    avatar
    MissCX
    Expert

    Messages : 7583
    Date d'inscription : 09/02/2014
    Localisation : SUD ESSONNE
    Membre Club CITROSPHERE numéro : Secrétaire

    Re: Bon anniversaire à la SM.....

    Message par MissCX le Dim 3 Mai - 20:03

    Merci :pepe pour ce super résumé Very Happy

    :OuiOuiOui:la SM est une voiture exceptionnelle  I love you
    avatar
    chtimehariste
    Admin
    Admin

    Messages : 6757
    Date d'inscription : 02/12/2013
    Age : 38
    Localisation : NORD
    Membre Club CITROSPHERE numéro : Trésorier

    Re: Bon anniversaire à la SM.....

    Message par chtimehariste le Dim 3 Mai - 21:08

    OK
    avatar
    colin_paturel
    Admin
    Admin

    Messages : 18302
    Date d'inscription : 02/12/2013
    Age : 60
    Localisation : Nogent Le Roi
    Membre Club CITROSPHERE numéro : Président

    Re: Bon anniversaire à la SM.....

    Message par colin_paturel le Lun 4 Mai - 18:35

    Oui, et mes excuses si il reste des fautes, car la recopie a été longue....

    Même avec les correcteurs électroniques, je suis certain qu'il reste des fautes. J'ai appris énormément de chose sur cette voiture, et maintenant je pourrais en parler des heures, je n'ai rien oublié de tout ce que j'ai écris Very Happy
    avatar
    chtimehariste
    Admin
    Admin

    Messages : 6757
    Date d'inscription : 02/12/2013
    Age : 38
    Localisation : NORD
    Membre Club CITROSPHERE numéro : Trésorier

    Re: Bon anniversaire à la SM.....

    Message par chtimehariste le Jeu 28 Mai - 17:09

    une video sympa sur la ds et surtout sm version police! que j'ai trouvé par hasard sur le net

    avatar
    colin_paturel
    Admin
    Admin

    Messages : 18302
    Date d'inscription : 02/12/2013
    Age : 60
    Localisation : Nogent Le Roi
    Membre Club CITROSPHERE numéro : Président

    Re: Bon anniversaire à la SM.....

    Message par colin_paturel le Jeu 28 Mai - 17:58

    OK Super, je l'avais déjà vu mais pas pensé à la mettre ici, tu as très bien fait OK

    FDA1
    Apprenti

    Messages : 768
    Date d'inscription : 09/12/2013
    Localisation : ile de France banlieue sud.

    Re: Bon anniversaire à la SM.....

    Message par FDA1 le Ven 24 Juil - 19:25

    [
    url=http://www.servimg.com/view/17644996/3653][/url]


    avatar
    chtimehariste
    Admin
    Admin

    Messages : 6757
    Date d'inscription : 02/12/2013
    Age : 38
    Localisation : NORD
    Membre Club CITROSPHERE numéro : Trésorier

    Re: Bon anniversaire à la SM.....

    Message par chtimehariste le Ven 24 Juil - 19:43

    çà devait être impressionnant de se faire arrêter par des gendarmes avec une telle voiture! Smile

    FDA1
    Apprenti

    Messages : 768
    Date d'inscription : 09/12/2013
    Localisation : ile de France banlieue sud.

    Re: Bon anniversaire à la SM.....

    Message par FDA1 le Ven 24 Juil - 22:36

    Ce qui a été mon cas ..SM par la SM 0088 sur autoroute A6...

    j'étais très attendu au péage. controle très courtois les capots ouverts mais amende pour excès de vitesse.
    avatar
    Al Hu - Mage
    Expert

    Messages : 4805
    Date d'inscription : 14/12/2013
    Age : 57
    Localisation : ça dépend des jours
    Membre Club CITROSPHERE numéro : WebMaster - InfoGraphiste

    Re: Bon anniversaire à la SM.....

    Message par Al Hu - Mage le Sam 25 Juil - 4:23

    j'aime bien la remorque en demi SM.

    en fait j'aimerais bien en faire une avec une demi 2CV fourgonnette...

    FDA1
    Apprenti

    Messages : 768
    Date d'inscription : 09/12/2013
    Localisation : ile de France banlieue sud.

    Re: Bon anniversaire à la SM.....

    Message par FDA1 le Sam 25 Juil - 11:32

    alors voila  SM club Italia




    avatar
    colin_paturel
    Admin
    Admin

    Messages : 18302
    Date d'inscription : 02/12/2013
    Age : 60
    Localisation : Nogent Le Roi
    Membre Club CITROSPHERE numéro : Président

    Re: Bon anniversaire à la SM.....

    Message par colin_paturel le Sam 25 Juil - 13:44

    Vrai que la petite remorque est assez sympa, l'histoire ne dit pas si elle a aussi la suspension hydraulique, la logique dirait Very Happy
    avatar
    colin_paturel
    Admin
    Admin

    Messages : 18302
    Date d'inscription : 02/12/2013
    Age : 60
    Localisation : Nogent Le Roi
    Membre Club CITROSPHERE numéro : Président

    Re: Bon anniversaire à la SM.....

    Message par colin_paturel le Lun 10 Aoû - 16:32

    Le 10 janvier 2015, il me vient l'idée de faire un film avec les moyens du bord pour les 45 ans de la SM. Pas spécialement la mienne, mais pour toutes les SM d'ici et d'ailleurs qui galopent encore sur les routes.

    8 mois... 8 mois jour pour jour entre le moment où je télécharge la bande son, et ce jour où le film est en ligne...

    Dans un premier temps il faut trouver la bande son, après une 15 aine de jour à chercher sur le net la bande son que vous entendrez dans le film, l'écouter encore et encore en boucle pour dans sa tête mettre des images dessus. Essayer de trouver des images qui pourraient être en rapport, ce n'est pas facile. Penser les césures du film, quelles sont les images à conserver, à inclure, la durée des ajouts etc... Et voila 8 mois après... Rien d'exceptionnel, je ne suis pas un pro, mais un grand plaisirs à faire le montage de ce petit film... Ne pas oublier le son, et sur grand écran, c'est film en HD... plus de 480 megas...

    Bon anniversaire encore à toi, Sa Majesté.
    avatar
    MissCX
    Expert

    Messages : 7583
    Date d'inscription : 09/02/2014
    Localisation : SUD ESSONNE
    Membre Club CITROSPHERE numéro : Secrétaire

    Re: Bon anniversaire à la SM.....

    Message par MissCX le Lun 10 Aoû - 19:51

    wonderful  Super ce petit film :pepe
    avatar
    colin_paturel
    Admin
    Admin

    Messages : 18302
    Date d'inscription : 02/12/2013
    Age : 60
    Localisation : Nogent Le Roi
    Membre Club CITROSPHERE numéro : Président

    Re: Bon anniversaire à la SM.....

    Message par colin_paturel le Dim 29 Nov - 19:33

    L'année 2015 se termine bientôt, et avec elle les 45 ans de Sa Majesté....

    A venir dans les jours prochains, un article pour faire un dernier hommage à cette voiture de légende, article dont voila les premières lignes....

    Après la Traction et la DS, la SM sera la dernière insolence de Citroën.
    En avance sur son temps, tout comme ses ainées, elle eut simplement le tort de se tromper d'époque.

    Un peu à l'image du Concorde, elle restera à jamais l'un des symboles d'un monde perdu.
    Celui des sixties, où tout semblait possible... avant la crise et l'addiction au pétrole !






    A suivre donc dans les jours prochains, l'article complet Very Happy

      La date/heure actuelle est Ven 20 Oct - 23:27